Que signifie conformisme ?

Conformisme résulte de pression sociale et pression exercée par l'Etat ; ces deux pressions sont liées étroitement. Ceux qui sont au pouvoir qualifient cet état réduit de l'esprit et de la conscience, ainsi que la manière dont on y arrive, de désirables ; ils l'étiquettent de manière différente. Hitler l'appelait Gleichschaltung, Staline être dans la ligne, leurs successeurs de notre époque, largement anonymes mais organisés de manière homogène et encore plus à succès, l'appellent « political correctness ».
La vérité et la logique, la liberté individuelle aspirant au plaisir en sécurité et à sa réconciliation avec les nécessités d'une coopération sociale au moyen des principes du Contrat social de Rousseau, et non pas par la conduite déguisée et la manipulation des hommes réduits en foules immenses et informes par un anonyme mais tout-puissant gouvernement « sage », sont les ennemis naturels du conformisme, qu'il soit un conformisme établi par des vaincus comme Hitler et Staline ou, de nos jours, par les vainqueurs « internationaux » respectivement dépendants des Etats-Unis qui sont beaucoup plus dangereux. Pendant des siècles le conformisme était avant tout remporté par la propagation, l'encouragement et le renforcement de l'Illusion de Dieu (les gouvernements impérialistes ainsi que islamiques l'aiment, la payent et la défendent toujours, mais elle n'est plus l'ossature de leur pouvoir) ; aujourd'hui, malgré le fait qu'un Dieu n'ait jamais existé réellement, quelque chose de bien similaire existe effectivement, pour la première fois dans l'histoire : la vidéosurveillance de villes, de rues, d'entrées de bâtiments publics et autres et de tout moyen de transport – pour votre sécurité, for your safety, por su seguridad, zu Ihrer Sicherheit. Si jamais un Dieu omniprésent et simultanément attentif n'a existé, maintenant il existe. Son substitut le plus efficace et pleinement développé afin de maintenir au pouvoir ceux qui l'ont.
La faiblesse et l'impuissance des hommes (et vous, cher lecteur, en faites partie) résultent de leur nombre. Plus d'hommes grouillent sur le planète et rivalisent pour les ressources – ayant pour résultat le fait que leur langage et leur force mentale déclinent de plus en plus –, plus il est difficile pour eux de communiquer, plus il est facile de régner sur eux, plus mauvais ils sont traités, plus bas leur niveau de vie est (que ce soit la qualité de la nourriture et du logement, la mobilité, l'accès à la nature non-contrôlée ou, last not least, la dignité individuelle qui commence par le traitement d'une personne de la part de la bureaucratie et finit par sa sécurité et protection incontestées contre la torture et l'humiliation physique ou leur manque). C'est pourquoi l'appareil de l'Etat y inclus sa bruyante avant-garde « verte » (= « écologiste ») détestent et dénigrent le contrôle des naissances et préconisent le contrôle du consommateur ce qui mène directement à quelque chose de semblable au niveau du ghetto de Varsovie, tandis que nous, l'Union contre le conformisme, préconisons le contrôle des naissances et luttons contre la réduction de n'importe quelles ressources de plaisir de l'individu et du potentiel humain. Ainsi, les gouvernements qui dépendent des Etats-Unis et leurs écrivaillons et pogromistes ne nous aiment pas.
Le totalitarisme n'est pas mesuré aux quantités d'effusion de sang, mais au succès qu'il remporte en atteignant le conformisme, en atteignant la servitude « volontaire ». Si l'on juge sous cet angle le gouvernement américain global et impérialiste de notre époque, on doit dire qu'il a largement laissé derrière lui, en ce qui concerne l'atomisation communicative ainsi que le contrôle et la manipulation universels, le niveau original d'Orwell ; une sorte de totalitarisme « doux », c'est-à-dire à succès, a remplacé tout « contrat social » conscient d'individus indépendants.
Nous luttons pour restaurer respectivement atteindre cet état politique et mental perdu, quoique jamais entièrement réalisé, sur la base des modernes possibilités techniques plus étendues et des réduites ressources subsistantes sur la planète (lesquelles ont été largement gaspillées pour rien sauf un nombre immense de compétiteurs d'emplois dans le monde entier). L'instrument le plus indispensable pour atteindre ce but reste la réduction de la population au moyen du contrôle des naissances (ou plutôt par l'absence des entraves au contrôle des naissances – l'accès libre aux contraceptives pour tous les adolescents, la punition sévère de la pratique des mariages arrangés, l'abstinence de l'ingérence réglementaire ou parentale dans la vie privée des adolescents et, bien évidemment, des adultes ne constituent que quelques mesures désirables et globales pour atteindre ce but). Le résultat immédiat sera une augmentation du niveau de vie, une réduction du temps de travail (et, de là l'érosion du chômage) et un affaiblissement du pouvoir de l'Etat et des grandes entreprises globales. Voilà pourquoi l'union dissimulée entre les gouvernements et les entreprises globales (normalement sous la direction des Etats-Unis) nous traite d'ennemi, et jugé d'après leurs et nos objectifs respectifs, nous le sommes effectivement. La liberté et la dignité ne peuvent en effet pas coexister avec le totalitarisme, qu'il soit sensationnel, pionnier et – contre un compétiteur plus puissant et plus riche – perdant, ou quelque sorte de totalitarisme « doux » à succès et, au moins en première vue, invincible.
Mais même l'Empire romain pouvait finalement être écrasé. Il se peut que l'humanisme reçoive une nouvelle chance dans l'histoire contre le totalitarisme de l'impérialisme, de la religion ou du monopolisme moderne, comme il avait réellement déjà reçu une chance entre le 12e siècle européen et la conquête de 1789 des droits de l'homme et la Révolution russe sous Lénine et Trotski ; à cause de son échec séculaire et global à la fin du seconde millénaire, il faut le reprendre à un niveau modeste, le niveau de la communication rationnelle non-contrôlée et à l'abri de l'Etat.
Il y a plusieurs décades nous nous sommes unis pour fournir un noyau sûr à cette communication, et, comme nos prédécesseurs français dont les disciples arrivèrent finalement à décapiter le roi et à assurer les vrais droits de l'homme au moins de manière exemplaire, nous avons entre-temps à notre actif un certain succès modeste mais stable et substantiel.
Lisez et trouvez-nous ! (à moins que vous ne soyez un pogromiste ou un dénonciateur, bien sûr.)
En raison de notre origine géographique la plupart de nos publications sont en langue allemande. Mais au moins quelques produits de la plume de nos auteurs ont été traduits en d'autres langues, y inclus en anglais et français – essayez et goûtez donc !



Peut-être c'est beaucoup maintenant – beaucoup sur quelque chose de bien inattendu et plutôt fantastique. Ainsi, il vaut peut-être mieux de réfléchir un instant et tranquillement sur tout ce qui a été dit.
Mais peut-être vous êtes devenu curieux et vous avez des questions.
Dans le menu de gauche vous trouverez quelques questions nous concernant ainsi que nos réponses.