LA SEXUALITE EST LE CENTRE DE L'INDIVIDU

La perception de soi accentuée par le plaisir qui mène, de façon qu'elle ne soit pas troublée, à une activité sexuelle libre et variée et seulement ainsi satisfaisante, est le point de départ de la conquête subjective du monde, personnel et sociétal. L'autodétermination sexuelle est le modèle de l'autodétermination en tout. Celui qui n'est pas estropié dans ce domaine ne se laisse pas facilement abuser. Celui qui se laisse asservir ici se laisse asservir partout. Freud a décrit cette corrélation en disant que la conduite sexuelle d'une personne est souvent exemplaire pour toute sa manière d'agir. C'est exactement la raison pour laquelle chaque ordre social intéressé par l'injustice et donc par des sujets dociles n'a jamais omis d'empiéter, justement sur ce domaine, avec tout son énergie. Pensons au règlement des bains, aux prescriptions vestimentaires, à l'interdiction de l'avortement, à la diabolisation de la pilule, aux lois du mariage et du divorce, à la promotion étatique et l'installation du féminisme qui, par sa nature, est l'ennemi de l'égalité et à la folie hystérique de l'abus d'enfants et enfin aux mutilations génitales protégées par l'Etat, qui se maintiennent tenacement depuis des temps archaïques. La mutilation génitale masculine est aujourd'hui très officiellement recommandée par l'OMS. La mutilation génitale des garçons est en conséquence devenue par la violation de la Constitution qui garantit le droit à l'intégrité physique (Art. 2.2) la sinistre réalité légale en Allemagne. Et ne pensons pas en dernier à la promotion de la propagation du SIDA, gâchant toute la vie, qui a été atteinte par l'abrogation résolue des lois relatives à la lutte contre les épidémies. La législation relative à la sexualité constitue donc l'indicateur de l'humanité ou l'inhumanité d'un Etat. L'engagement sur ce front est, à l'envers, une mise à l'épreuve de chaque organisation, prétendue ou même véritable, de gauche. Celui qui ne se positionne pas clairement sur cette question, que ce soit par lâcheté, ou par volonté de se conformer ou de jouer à l'hyper-intelligence, agit sous une étiquette frauduleuse et n'est donc pas un vrai représentant de gauche - sous condition que nous entendions par cela la lutte pour une société qui vise au plus grand bonheur pour le plus grand pourcentage des êtres humains.

Dès le jour de notre fondation, l'engagement pour l'humanisation de la sexualité constitue un fil rouge au travers de nos publications, entre-temps très nombreuses à ce sujet, et de nos activités réalisées toujours quand et où c'est possible. Dans la poursuite de cet objectif nous suivons la tradition du leader éminent de la Révolution française Jacques-René Hébert qui demandait la libération de la sexualité des griffes de l'église, et celle de Lénine et Trotski qui pour la première fois dans la jeune Union soviétique abolissaient l'enregistrement des relations sexuelles (le mariage), légalisaient les avortements et garantissaient l'égalité des sexes dans la Constitution de l'Union soviétique, et, sans oublier, celle de Wilhelm Reich, communiste et psychanalyste, qui analysait la fonction de l'église en tant que l' « agence de la classe dirigeante pour les affaires sexuelles » et caractérisait la famille comme son outil le plus important en déduisant les conséquences pour la politique sexuelle.

Comme les pays germanophones constituent la sphère de notre activité principale, la plupart de nos écrits témoignant notre lutte pour la liberté sexuelle et pour l'autodétermination sont jusqu'à maintenant en langue allemande. Quand même, nous aimerions bien attirer l'attention du lecteur intéressé sachant lire l'allemand assez bien sur trois livres de base à ce sujet :



Kerstin Steinbach: Es gab einmal eine bessere Zeit... (1965–1975)
Die verhaßten Bilder und ihre verdrängte Botschaft
[Jadis, il y avait un meilleur temps... (1965-1975) - Les images haïes et leur message refoulé]

(Edition AHRIMAN, 2004)


« Pourquoi le Pape et les féministes se fâchent-ils contre la publicité, particulièrement les photos publicitaires des années soixante-dix ? Etaient-ils paranoïaques ou guidés par un instinct sûr - en vérité les images haïes étaient le cour d'un temps meilleur qui doit être détruit et refoulé de la mémoire collective. Steinbach les a déterrées contre la volonté des médias et tous les autres propagandistes... Ce livre va, à coup sûr, mettre en colère noire chaque pape et tous les admirateurs d'Alice Schwarzer. (Quant à Hitler, il est déjà mort, mais Obama est vivant.) » (Extrait de la présentation du livre de l'éditeur)









Kerstin Steinbach: Rückblick auf den Feminismus
Von Anfang an eine Lüge gegen Gleichheit,
Logik und sexuelles Vergnügen
(Rétrospective sur le féminisme - Dès son début un mensonge contre l'égalité, la logique et le plaisir sexuel)

(Edition AHRIMAN, 2012)


« Qu'est ce que le féminisme a réellement apporté ? Est-ce qu'il représente, comme affirment ses adeptes, l'égalité des sexes ou le contraire ? Et si ce dernier s'avère juste, se sont-ils seulement trompés ou se fourvoyés, ou s'agit-il de menteurs qui se sont apposés une fausse étiquette ? Ces questions comme aussi celle concernant l'exactitude ou l'inexactitude de toute affirmation ne peuvent jamais être décidées par des majorités ou des répétitions pénétrantes et basées sur le pouvoir - Steinbach fait un bilan qui tient compte de la réalité. » (Extrait de la présentation du livre de l'éditeur)



Max Roth:
Uncle Sam's Sexualhölle erobert die Welt –

Die neue Hexenjagd auf "Kinderschänder" und die weltweite Enthumanisierung des Sexualstrafrechts unter US-Diktat
(L'enfer sexuel d'Uncle Sam conquiert le monde - La nouvelle chasse aux sorcières contre les « abuseurs d'enfants » et la déshumanisation mondiale du droit pénal en matière sexuelle sous le diktat américain)

(Edition AHRIMAN, 2013)


« Le droit pénal américain en matière sexuelle a toujours été marqué par le puritanisme, mais dès le début des années 1990 il est devenu - avec son pilori électronique (« sex offender registers »), ses accusations délirantes d'« abus d'enfants » et de « pornographie pédophile » et son abus systématique de la psychiatrie (« civil commitment ») - un véritable enfer sur terre pour chaque homme sexuellement actif qui vit aux Etats-unis. Le livre de Roth donne la première vue d'ensemble historique et l'inventaire actuel du droit pénal américain en matière sexuelle en lange allemande. En s'appuyant sur beaucoup d'exemples et de pièces justificatives, l'auteur décrit, comment ces lois pénales inhumaines, accompagnées d'une hystérie d'abus d'enfants mondialement orchestrée par les médias, sont imposées à presque tous les pays du globe qui est tombé à peu près depuis 1990 sous la domination hors concurrence du mono-impérialisme américain. » (Extrait de la présentation du livre de l'éditeur)


***

La parole décisive de la politique sexuelle dans le sans de Reich est aujourd'hui : Egalité au lieu du féminisme. Un programme politique conformément à cette ligne sépare le bon grain de l'ivraie et démasque les réactionnaires classiques et les féministes, les lâches et les traîtres :

1. Autodétermination sexuelle ! La sexualité fait partie de la vie privée et étant donné le consentement volontaire de ceux qui la pratiquent, les fouinards étatiques doivent s'abstenir à s'en mêler ainsi que, de toute façon, les voisins curieux.

2. L'âge de consentement sexuel à partir de l'entrée en puberté ! Abrogation du droit pénal américain en matière sexuelle offensant, entre-temps en vigueur aussi en Europe, qui entraîne des sanctions pénales sous des prétextes fallacieux comme « abus d'enfants » tout acte d'ordre sexuel de et avec des personnes de moins de 18 ans. (Et les vrais enfants doivent être libres de « jouer au docteur » !)

3. Libre accès à toute forme souhaitée de la contraception, également accès à la stérilisation et à l'hystérectomie ! -Règlement simple et net concernant les délais légaux d'avortement sans consultation obligatoire pour ceux qui veulent se faire avorter et l'application large de la pilule abortive inoffensive RU 486 au lieu des cadres vexatoirement limités ; exploration du placenta artificiel.

4. Arrêt à l'escroquerie par moyen de la grossesse ! Cela serait réglé vite et de manière efficace, si, à titre officiel, chaque homme peut se décider, au cours du délai pour ou contre l'enfant. S'il dit oui, il est entièrement responsable, s'il dit non, il ne l'est pas ; si la femme dissimule la grossesse, il est libre.

5. Abrogation des règlements vestimentaires dans le secteur des loisirs ! Les chemisiers transparents et la burqa sont une question d'ordre privé, et toute personne a le droit de se baigner et se faire bronzer nue partout quand elle le souhaite.

6. Arrêt à la tutelle féministe et à la censure de la nudité !

7. Mise en application des mesures classiques pour lutter les épidémies, valable pour toutes les maladies vénériennes, y inclue la plus dangereuse : le SIDA ; libre accès aux autotests VIH.

8. Peine maximale pour la violation prouvée et la même peine maximale quand une telle allégation s'est avérée mensongère ! Retour aux définitions précises des délits pénaux en matière sexuelle au lieu de leur élargissement élastique afin d'encourager la délation féministe.

9. Arrêt à cette merde de « Gender »! Le sexe ne doit jouer aucun rôle dans tous les domaines publics ; les millions des contribuables économisés peuvent être utilisés pour couvrir les frais des contraceptifs.

10. Egalité concernant le droit du travail ! Le droit aux conventions collectives, la qualification et la capacité doivent être les seuls critères décisifs et non les quotas et les droits spéciaux pour les femmes. Maintien de l'accès général gratuit à la formation, bien sûr sans ségrégation entre les sexes. Fin à l'encouragement du sexe pour échapper au travail social nécessaire, donc abrogation des allégements fiscaux et du droit à une pension de retraite ou alimentaire pour les femmes au foyer ou celles qui travaillent à temps partiel.

11. Abrogation de la loi sur la prostitution ! Faire le trottoir n'est pas une profession, c'est simplement dégoûtant.

12. Abrogation du mariage en tant que carcan sexuel institutionnalisé ! Avant que l'enregistrement des relations sexuelles n'ait arrêté, tous les allégements par ex. fiscaux et juridiques de certaines formes de relations doivent immédiatement cesser.

13. Application du principe « pollueur-payeur » dans les affaires privées ! Celui qui a plus d'un enfant doit pleinement payer pour eux (à l'exception des cas où il s'agit des jumeaux), établissement de l'équité fiscale correspondante, en compensation accès gratuit aux crèches, aux écoles maternelles et à des institutions alternatives, comme par ex. les maisons d'enfants selon le modèle de Vera Schmidt. La pleine responsabilité financière des parents reste valable, au moins jusqu'à ce qu'il y ait un équilibre optimal entre la population du globe fondée sur les conditions de vie optimales et les ressources planétaires (y compris l'habitat suffisant pour la survie de toutes les espèces de faune et de flore, dont au moins la moitié ne doit pas être mise hors accès ou sous accès payant). Ensuite on pourra faire revivre la discussion sur le nombre maximal d'enfants qui peuvent bénéficier d'une assistance financière publique, mais seulement ensuite.

***

Ensuite il reste à savoir si Trotski avait raison en prédisant que, dans une société égalitaire sans héritiers parasitaires, l'Etat et la famille rempliront « leur mission historique, dépériront et disparaîtront ».
C'est absolument impossible ? Infaisable ? Utopique ? - On peut toujours respirer et y réfléchir ou, mieux encore, tranquillement en discuter.